8050 fiches techniques
536 essais
23 visiteurs sur le site

Tapez un mot. clé (exemple : HDI, Golf)

 504 gl
 bmw e30 316ia
 corvette c3
 golf
 clio 2
 clio

Inscrivez-vous à notre newsletter
Adresse email :

Inscription
Désinscription

Question de sécurité :
en quelle année sommes nous ?
en 4 chiffres :



Derniers essais BMW Flux RSS essais 


Dernières fiches techniques BMW Flux RSS fiches techniques 
Accueil Autoweb > Essais routiers > BMW >

Essai BMW E36 323ti Compact


Librairie BMW


BMW E36 323ti Compact : Essai

Au milieu des années 90, BMW avait décidé de proposer un modèle compacte dans sa gamme, sorte de descendante des 02 Touring des années 70 et utilisant la même recette de la berline raccourcie.

BMW 323ti Compact

Entretemps, la Série 02 avait été remplacée par la Série 3, et c'était logique que ce soit elle qui serve de base au futur modèle. Il aurait été tout aussi logique de la baptiser à nouveau Touring, mais cette appellation avait entretemps été choisie pour désigner les variantes break de la marque. Ce sera donc la Série 3 Compact, tout simplement.

"Couper" l'arrière d'une Série 3 et la vendre moins cher semblait simple, mais ça l'était moins dans la pratique. Car la belle E36 disposait par exemple d'un train arrière multibras aussi sophistiqué que coûteux à produire. De plus, il prenait pas mal de place. Il avait donc été remplacé par un train arrière bien plus petit, celui de l'ancienne E30. Plus petit mais aussi plus simpliste, bien qu'il reprenait des éléments de la M3 E30. Dans le même ordre d'idée, le réservoir a dû se réfugier sous la banquette arrière en perdant quelques litres au passage.

BMW 323ti Compact

C'est ainsi que nous avons commencé à voir circuler certains prototypes ressemblant à de curieuses Renault 19 ! En 1994 était présentée la BMW 316i Compact, bientôt suivie par les 318ti Compact et 318tds Compact. Les bavarois le promettaient, voici une BMW qui n'allait pas être déclinée avec le légendaire 6 cylindres en ligne. Mais comme d'habitude (oui, ils nous font le coup de temps en temps) ce n'était pas vrai.

Ainsi donc fût lancé une 323ti Compact, 4 ans après la 316i Compact. Elle était et restera la seule Série 3 Compact de première génération (E36/5) à avoir eu le privilège de recevoir le légendaire 6 en ligne sous son capot. Destiné avant tout à concurrencer la Volkswagen Golf VR6, le moteur avait été choisi d'une puissance et d'un couple voisins : il s'agissait donc du 2.5 litres 24 soupapes offrant quelques 170 chevaux et un couple de 25 mkg à 3950 tr/min. Ce moteur, dérivé de celui de la 328i, se caractérisait par sa douceur de fonctionnement et son couple plus que par sa puissance pure. Oh, la BMW 323ti Compact n'amusait pas la galerie : avec 230 km/h en pointe et 28.0 secondes sur le kilomètre départ arrêté, elle figurait même parmi les GTI les plus performantes du moment ! Seulement voilà, à l'usage ça manquait un poil de caractère, par rapport à une Xsara VTS par exemple.

BMW 323ti Compact

En reprise le couple était là, mais l'onctueux et mélodieux 6 en ligne devait composer avec une boite de vitesses typiquement allemande : entendez par là qu'elle était longue. Très longue même, rien de sportif dans tout cela ! Elle aussi avait sa part de responsabilités dans le relatif manque de sensations de la 323ti. La boite était en revanche fermement mais agréablement guidée. L'embrayage était un peu dur et son point de contact se trouvait plus haut que sur d'autres voitures : c'est typique de la marque BMW.

Autre explication du manque de sensations : le confort de la voiture. L'insonorisation d'abord, d'autant supérieure à la concurrence que ce 6 cylindres était discret par essence (c'est le cas de le dire !). La suspension ensuite, puisque la 323ti Compact était confortable en raison d'un manque d'amortissement d'origine, même si le châssis sport optionnel permettait de retrouver des réglages intéressants. Ainsi, la 323ti Compact se comportait plus comme un modèle de grand tourisme que comme une sportive pure et dure.

BMW 323ti Compact

A un détail près, son comportement. Il a été écrit beaucoup de choses sur la BMW 323ti Compact au sujet de sa tenue de route. Notamment que la présence d'un ancien train arrière sur cette puissante et courte propulsion apportait un comportement assez cavalier. C'était un peu exagéré. Dans la pratique, en conduite courante c'est l'avant qui sous-virait gentiment une fois arrivé aux limites. En revanche, si à cet instant là on remettait les gaz (réflexe antinaturel au possible, mais admettons) l'arrière venait à survirer ponctuellement. Ponctuellement car l'antipatinage ASC+T livré de série stoppait la glissade assez rapidement. En conduite courante donc, difficile de se faire peur. A l'heure de la récréation, l'ASC+T était déconnectable mais on regrettait alors vite l'absence d'autobloquant, qui aurait permis d'entretenir une dérive. Mais c'était la seule propulsion parmi les GTI, alors au pays des aveugles...

L'extérieur de la Série 3 Compact était en apparence similaire à celui des autres E36, à part à l'arrière bien sur. Dans la pratique, il n'y avait pratiquement aucune pièce en commun avec les autres carrosseries ! Même les phares étaient différents, puisqu'ils n'étaient ici pas à ellipsoïde, par mesure d'économie. Les portes étaient elles aussi spécifiques : plus longues que celles de la berline et de la Touring, elles avaient des encadrements de vitres alors que celles du coupé n'en avaient pas. La 323ti se distinguait très peu des autres E36/5 : elle disposait de belles jantes BBS et d'une (trop) discrète double sortie d'échappement. En option dans certains pays, le Pack Aero M permettait de rouler avec une auto rappelant une M3, comme celle de nos photos (qui ne disposait certes pas des roues et de l'échappement d'origine).

BMW 323ti Compact

A l'intérieur, on avait voulu aussi faire des économies. Le tableau de bord était largement simplifié par rapport à celui des autres E36, et il rappellait par certains côtés celui des plus anciennes E30. C'était simple, voire simpliste mais la qualité de construction était là et l'ergonomie était toujours aussi parfaite, que ce soit au niveau de la disposition des leviers et boutons ou de la position de conduite. La 323ti se distinguait des autres Compact par la présence d'un ordinateur de bord 5 fonctions intégré à la montre, et par la présence en série du double airbag, assez mal intégré. L'airbag passager se trouvait sur le haut du tableau de bord, sous une trappe peu élégante et pas toujours bien ajustée, tandis que l'airbag conducteur grand volume (aux normes US) impliquait un gros volant peu réussi. En option, le Pack M (à ne pas confondre avec l'Aero M) permettait de se retrouver avec un joli volant sport disposant d'un airbag de plus petit volume. Les mesures d'économie avaient eu raison de l'inutile économètre habituellement placé au bas du compte-tours chez BMW. Cet intérieur bon marché à produire a sans doute coûté cher à BMW en terme de ventes face aux bien mieux finies A3 puis Golf IV.

Produite finalement pendant seulement 3 ans, en concurrence avec plus "in" qu'elle, la 323ti Compact avait la tâche difficile : les sportifs lui préféraient d'autres modèles plus radicaux, tandis que les amateurs de confort s'orientaient plutôt vers le couple terrible A3/Golf. Par conséquent, peu vendue, la 323ti est l'une des E36 les plus rares avec environ 2400 exemplaires produits, soit pratiquement 10 fois moins que la M3. En occasion, il s'agit d'un modèle qui n'est pas rare mais qui a sa propre clientèle, attirée par son exclusivité, la légende de son train arrière et le côté désuet de son intérieur. C'est pourquoi sa côte est équivalente à celle des 328i, et peut même la dépasser pour un bel exemplaire dôté de quelques options recherchées (Pack Aero M, entre autres). Comme toujours avec une BMW, il faudra prendre le temps de trouver un bel exemplaire avec un historique, les factures etc !

BMW 323ti Compact

La BMW 323ti Compact est une auto qui n'est pas passée loin du succès et à laquelle il n'a pas manqué grand-chose. Elle a aujourd'hui ses fans, parmi lesquels certains regrettent d'avoir vendue la leur.

Réagissez à l'essai de la BMW 323ti Compact sur le forum

Texte: Manu Bordonado
Photos: Manu Bordonado & FS Numérique

Bookmark and Share


BMW E36 323ti Compact : Fiche technique
Marque : BMW
Modèle : E36-5 323ti Compact
Années de production : 1998-2001
Moteur
Type du moteur : 6 cylindres en ligne
Energie : Essence
Disposition du moteurLongitudinal avant
Alimentation Gestion intégraleBosch Motronic
Suralimentation -
DistributionDouble arbre à cames en tête + VANOS
Nombre de soupapes4 par cylindre
Alésage & Course 84.0 x 75.0 mm
Cylindrée 2494 cc
Compression10.5
Puissance170 ch à 5500 tr/min
Couple25.0 mkg à 3950 tr/min
Transmission
Boite de vitesses5 rapports
Puissance fiscale11 cv
TransmissionPropulsion
AntipatinageSerie
ESPNon
Châssis
Direction Crémaillère assistée
Cx0.34
Suspension avantPseudo Mc Pherson
Suspension arrièreBras obliques
Freins avantDisques ventilés (286mm)
Freins arrièreDisques ventilés (280mm)
ABSSerie
Pneu avant225/50 ZR16
Pneu arrière225/50 ZR16
Dimensions
Longueur421 cm
Largeur171 cm
Hauteur138 cm
Coffre300 litres
Poids1255 kg
Performances
Poids/Puissance7.38
Vitesse maxi (km/h)231
0 à 100 km/h8.0
0 à 160 km/h-
0 à 200 km/h-
400 mètres DA15.9
1000 mètres DA28.0
Consommations
Sur route-
Sur autoroute-
En ville-
Conduite sportive-
Consommation moyenne10.9
Réservoir55 litres
Autonomie autoroute- km
CO2221 g/km
Prix & équipements
NB d'airbags2
ClimatisationSérie
Prix de basePlus fabriquée
Bonnes affairesPayer moins cher sa voiture neuve
Services
Assurance pas chère pour BMW E36 323ti Compact
Crédit pas cher pour votre BMW E36 323ti Compact
Donnez votre avis
ici

BMW E36-5: voir aussi...

Aucun avis posté sur BMW E36 323ti Compact