Accueil Autoweb > Essais routiers > Audi >

Essai Audi A6 2.0 TDI Ambition Luxe


Librairie Audi


Audi A6 2.0 TDI Ambition Luxe : Essai

L’ancienne Audi A6, bien que pétrie de qualités, avait fini par marquer logiquement le pas face à ses rivales directes, bien plus jeunes. Cette ultime A6 monte donc sérieusement le curseur d’un cran en prestations, bien décidée à reprendre la tête de la catégorie…

En reconquête
Texte et photos Thomas Riaud

Audi A6 2.0 TDI

Si l’on fait abstraction des Audi 100, nous en sommes déjà à la 4ème mouture d’Audi A6, la "C7". La berline traditionnelle a beau se trouver en perte de vitesse face à des alternatives plus fun (SUV, coupés 4 portes…), l’A6 reste comme l’A4 un modèle phare chez le constructeur aux anneaux, lui assurant une bonne partie de son fond de commerce. Autant dire que ce lancement, depuis le 7 avril en France, revêt une importance capitale. Il s’agit de surcroît de contrer deux poids-lourds de la catégorie, assez récents.

Il y a tout d’abord l’inoxydable Mercedes Classe E, dont la dernière version est apparue en avril 2009. Cette routière de haute volée conserve ses adeptes en cultivant ses points forts, à savoir le confort et la sécurité. Mais il y a surtout la nouvelle BMW Série 5, commercialisée depuis mars 2010. Plus statutaire que jamais, elle a profité de l’occasion pour améliorer son habitabilité et sa finition, tout en bétonnant ses qualités premières, brio mécanique et dynamisme de conduite. Autant dire que la vie de cette nouvelle Audi A6 ne sera pas une longue route tranquille…

Audi A6 2.0 TDI

Rassurer… et assurer !
Pour mettre un maximum de chances de son côté Audi tente de rassurer le client pour assurer ce lancement, quitte à faire preuve d’une extrême prudence stylistique en donnant un sentiment de déjà vu. Le profil est presque calqué sur l’A4, tandis que l’avant s’inspire fortement de la nouvelle A7 Sportback. Et on retrouve bien entendu les incontournables codes visuels en vigueur actuellement à Ingolstadt, comme la calandre Singleframe biseautée ou la fameuse ligne « Tornado » soulignant la ceinture de caisse, qui relie le phare avant au feu arrière. C’est très réussi, mais dupliquer à l’infini dans la gamme le même design risque de lasser un jour les amateurs. Mis à part ces considérations esthétiques personnelles, force est de reconnaître que cette A6 est diablement séduisante, d’ailleurs bien plus belle en vrai qu’en photo.

Longue de 4.92m, soit un petit centimètre de moins que la précédente, la nouvelle berline aux anneaux progresse en revanche sensiblement au niveau de l’empattement (+ 7 cm), ce qui est tout bénéfice pour l’habitabilité, en forte hausse. Et en rognant ses porte-à-faux avant et arrière, elle gagne en tonicité, voire en sportivité sur les versions de pointe chaussées de roues de 20 pouces. Un dynamisme qui transpire de partout grâce à des traits marqués sur les flancs, presque tranchants. La carrosserie traditionnellement lissée de l’A6 prend ici du muscle et s’émancipe, ce qui sera de nature à séduire une clientèle plus jeune, tentée traditionnellement par BMW. Ca, c’est la partie immergée de l’iceberg, car Audi a mis les petits plats dans les grands pour fédérer à sa cause un maximum de conducteurs.

Audi A6 2.0 TDI

Chaque génération d’A6 a en effet apporté son lot d’innovations, qui a fait date. La première a peaufiné l’aérodynamisme record de son ancêtre, mais a aussi marqué les esprits avec son dérivé S6 Plus. La seconde a vu l’apparition de la déclinaison Allroad, mais aussi l’introduction du V6 TDI et de la fameuse boîte Multitronic, deux atouts techniques majeurs sur le segment. Enfin, l’actuelle version a notamment ajouté les phares à leds, le système Audi Drive Select et sa finition, irréprochable, est toujours prise en exemple par la concurrence. Des qualités auxquelles il faut bien sûr ajouter la transmission intégrale Quattro... La nouvelle A6 (qui va aussi connaître une inédite variante Hybrid) va bien sûr plus loin dans tous les domaines, en capitalisant sur les points forts des générations précédentes.

Grâce à une structure réalisée partiellement en aluminium (20%), cette dernière parvient à un gain de poids de 80 kg par rapport à la génération précédente. Du poids en moins, c’est du plaisir de conduite en plus… et des consommations en baisse ! C'est bien le cœur des préoccupations de ce nouveau modèle, qui présente la meilleure aérodynamique du moment avec un Cx de seulement 0.26. Même les soubassements sont carénés, afin de favoriser l’écoulement de l’air. Bien sûr, tous les modèles reçoivent de série une injection directe, un dispositif Start&Stop coupant automatiquement le moteur à chaque arrêt et même un système de récupération d’énergie au freinage. De quoi obtenir des valeurs remarquables, notamment avec le diesel d’entrée de gamme ici à l’essai : un 2.0 TDI de 177 ch, couplé à une boîte mécanique à 6 rapports. Audi annonce une consommation moyenne digne d’une citadine (4,9 l/100 km !) et des rejets de CO2 limités à seulement 129 g/km !

Audi A6 2.0 TDI

Puissance économique
Voilà de quoi donner à cette A6 ses galons de… puissance économique ! Mais cela ne se fait-il pas au détriment de l’agrément de conduite ? Le doute est permis, car 177 chevaux pour mini 1600 kg peuvent paraître un peu juste. Avant de juger sur pièce, j’ai le plaisir de me glisser derrière le volant. Je découvre un vaste habitacle à l’aspect plus high-tech qu’auparavant, mais aussi plus chaleureux. La planche de bord en arc de cercle, fortement inspirée de l’A7 avec ses compteurs tridimensionnels, séduit instantanément par son ergonomie soignée et sa finition, tout bonnement irréprochables.

Les habitués trouveront rapidement leurs marques, avec la commande MMI à portée de main ou l’Audi Drive Select, servant à paramétrer la voiture en fonction de sa conduite. Voilà qui fait désormais partie de la dotation de série dès l’entrée de gamme Ambiente, à laquelle il faut ajouter un radar de parking avant et arrière, le système de sécurité Audi Pre Sense, une climatisation automatique bizone, un capteur de pluie et de lumière ou une interface Bluetooth. Bref, cette A6 est une vraie berline de luxe, qui propose d’ailleurs en option, ou en série sur les finitions supérieures, d’autres équipements dignes d’intérêts (affichage tête haute, GPS avec cartographie Google, projecteurs intégralement à leds, caméra infrarouge, suspension pneumatique, accès Wifi…).

Audi A6 2.0 TDI

Position de conduite ajustée au millimètre et me voilà en train de faire connaissance avec ma monture, sur cette autoroute de Sicile. Dès les premiers kilomètres deux choses me surprennent. Primo, la nervosité procurée par ce « petit » 2.0 TDI est bien suffisante pour procurer un bon agrément de conduite (il revendique un 0 à 100 en 8.8" et 228 km/h). Secundo, le silence de fonctionnement à bord est étonnant. Le double-vitrage associé à une bonne isolation phonique font ici des miracles, du moins aux allures légales. Au-delà de 160 km/h, les bruits aérodynamiques se font enfin perceptibles, mais cela reste très limité. Après plus de 200 km de voie rapide, mon A6 dévoile sur une route sinueuse de montagne d’autres facettes de son talent.

La direction électromécanique asservie à la vitesse (déjà vue sur l’A7), parfaitement calibrée, fait des miracles et le train avant partiellement en aluminium digère sans broncher les 38.8 mkg de couple délivrés dès 1750 tr/min. Comme un chat, les griffes plantées dans la moquette, mon A6 reste rivée au macadam en me laissant tout le loisir de jouer avec l’excellente boîte mécanique à 6 rapports. Quant au freinage, assuré par 4 disques, il ne mérite également que des éloges. Difficile de trouver un véritable défaut à cette Audi, qui offre un toucher de route vraiment très convaincant. La nouvelle A6 ne va pas révolutionner la catégorie mais elle se pose comme un parfait compromis entre une Mercedes Classe E et une BMW Série 5, puisqu’elle adopte le confort de la première en y ajoutant le dynamisme de la seconde, tout en restant fidèle à ses fondamentaux.

Plus aiguisée et séduisante que jamais, la nouvelle Audi A6 fait donc un sans faute, y compris avec ce moteur d’entrée de gamme. Voilà qui devrait l’aider, malgré des tarifs peu amicaux, à s’imposer sans peine face à ses concurrentes. Sans doute est-ce là la marque de fabrique des grandes routières…

Audi A6 2.0 TDI

Réagissez à l'essai de l'Audi A6 sur le forum


Essais Croisés - Audi A6 par 7pmTV

Bookmark and Share


Audi A6 2.0 TDI Ambition Luxe : Fiche technique
Marque : Audi
Modèle : A6 (C7) 2.0 TDI
Années de production : 2011-
Moteur
Type du moteur : 4 cylindres en ligne
Energie : Diesel
Disposition du moteurLongitudinal avant
Alimentation Rampe commune
Suralimentation Turbo à géométrie variable + intercooler
DistributionDouble arbre à cames en tête
Nombre de soupapes4 par cylindre
Alésage & Course 81.0 x 95.5 mm
Cylindrée 1968 cc
Compression-
Puissance177 ch à 4200 tr/min
Couple38.8 mkg à 1750 tr/min
Transmission
Boite de vitesses6 rapports
Puissance fiscale9 cv
TransmissionTraction
AntipatinageSerie
ESPSerie
Châssis
Direction Crémaillère, assistance électro-hydraulique dégressive
Cx0.26
Suspension avantTriangles superposés
Suspension arrièreBras trapézoïdaux
Freins avantDisques ventilés
Freins arrièreDisques ventilés
ABSSerie
Pneu avant225/60 YR16
Pneu arrière225/60 YR16
Dimensions
Longueur492 cm
Largeur187 cm
Hauteur146 cm
Coffre560 litres
Poids- kg
Performances
Poids/PuissanceNC
Vitesse maxi (km/h)-
0 à 100 km/h-
0 à 160 km/h-
0 à 200 km/h-
400 mètres DA-
1000 mètres DA-
Consommations
Sur route-
Sur autoroute-
En ville-
Conduite sportive-
Consommation moyenne-
Réservoir65 litres
Autonomie autoroute- km
CO2129 g/km
Prix & équipements
NB d'airbags10
ClimatisationSérie
Prix de base39900 euro
Bonnes affairesPayer moins cher sa voiture neuve
Services
Assurance pas chère pour Audi A6 2.0 TDI Ambition Luxe
Crédit pas cher pour votre Audi A6 2.0 TDI Ambition Luxe
Donnez votre avis
ici

Audi A6 (C7): voir aussi...

Aucun avis posté sur Audi A6 2.0 TDI Ambition Luxe